CommonSenseTV Soyez réel!

Soutenez les vraies nouvelles!

Notre Facebook, Twitter et Telegram

Vaccination? Le virus n'existe pas! (III)

 

"Si nous faisons du bon travail dans les domaines des vaccins, de la santé et de la reproduction, nous pouvons réduire la population mondiale de 10 à 15%."

Bill Gates *

 

Le coronavirus est une création informatique et en réalité n'a jamais été isolé et identifié. La pandémie corona n'existe pas et a été créée à des fins politiques (partie I.). Mais qu'en est-il des nombreuses autres pandémies et virus «mortels» qui nous ont tourmentés au siècle dernier?

 

Dans le deuxième partie À partir de cet article, nous avons vu comment les familles Rockefeller et Gates ont tiré profit de la théorie des faux microbes de Pasteur, tuant la science médicale traditionnelle basée sur la nature. Cela a conduit à la naissance de l'industrie pharmaceutique de plusieurs milliards de dollars, entraînant la monstruosité qui menace désormais l'existence humaine. Nous avons vu que ces deux familles ont commencé une première expérience de vaccination à grande échelle sur des soldats à Fort Riley, aboutissant à la «grippe espagnole». Selon les médias officiels, cette nouvelle grippe a été causée par un type de virus de la grippe H1N1 provenant de chevaux de l'armée (Magazine Equus, Fran Jurga «Un virus dans le fumier de cheval a-t-il déclenché l'épidémie de grippe de 1918?» 14 octobre 2009).

Le gardien discute d'une photo de 1918 ce qui place la prétendue pandémie corona dans une perspective plus large. Le journal écrit que pendant la grippe `` espagnole '', les citoyens ont été mis en quarantaine, que les masques faciaux étaient obligatoires dans de nombreux États, que les lieux de divertissement étaient fermés et qu'en hauteur, ne pas porter de masque facial était condamné à une amende allant jusqu'à cent ou dix dollars. jours en prison («Vue d'ensemble: diffuser le message sur la pandémie de 1918», The Guardian, 3 mai 2020).

Propagande médiatique en 1918: «Portez un masque ou allez en prison».

 

Grippe espagnole: génocide par la vaccination
Plusieurs témoins nous racontent ce qui s'est réellement passé. En dessous, le Dr. Eleonor McBean (1905-1989), dont le personnage a été assassiné dans divers médias grand public contrôlés. «J'étais observateur sur place pendant l'épidémie de grippe de 1918», écrit Eleonor au chapitre 2 de son livre «Expose de la grippe porcineDepuis 1977.

Elle a parlé aux soldats après leur retour à la maison. «J'ai parlé à certains des survivants de cette offensive de vaccination lorsqu'ils sont rentrés chez eux après la guerre, et ils ont parlé des horreurs - pas des batailles et de la guerre elle-même - mais de la maladie dans le camp. Les médecins ne voulaient pas que cette maladie colossale irradie sur eux, ils ont donc accepté de l'appeler grippe espagnole (pp. 286-287, Eleanor McBean et Sue Martson, «Vaccines The Biggest Medical Fraud in History», 2018).

Concernant le sérum antiméningococcique administré par Federick Lamont Gates et envoyé par le Rockefeller Institute en Angleterre, en France, en Belgique et en Italie, elle écrit: soldats qu'il était convenu dans la conversation quotidienne que davantage d'hommes étaient tués par des «coups de feu» médicaux [= injections] que par des tirs ennemis avec des fusils. (p. 286-287 «Vaccins La plus grande fraude médicale de l'histoire», 2018).

Grippe espagnole: les médecins comme meurtres de masse
Les citoyens, effrayés par les médias à l'idée d'être infectés par les soldats rentrant chez eux, ont vu comme leur devoir patriotique de se faire vacciner en masse. En conséquence, ils sont morts et la maladie a persisté. "Cette pandémie a duré deux ans et a été maintenue par la fourniture de médicaments plus toxiques administrés par des médecins essayant de supprimer les symptômes", rapporte McBean.

«Pour autant que je sache, la grippe n'a touché que les vaccinés. Ceux qui ont refusé les injections ont échappé à la grippe. Ma famille a refusé toutes les vaccinations, donc nous sommes restés en bonne santé tout le temps. Nous savions d'après les enseignements de Graham, Trail, Tilden et d'autres sur la santé que les humains ne peuvent pas contaminer le corps avec du poison sans provoquer de maladies. […] »

«L'épidémie de grippe de 1918 aurait tué 20.000.000 2 1918 de personnes dans le monde. Mais les médecins les ont effectivement tués avec leurs traitements et médicaments crus et mortels. C'est une accusation difficile, mais c'est néanmoins la vérité, à en juger par le succès des médecins qui n'ont pas administré le médicament [vaccination] par rapport à celui des médecins dispensateurs de médicaments »(Chapitre XNUMX,« L'épidémie de grippe espagnole en XNUMX a été causée par des vaccinations », de«Expose de la grippe porcine(1977), Eleanor McBean).

Grippe espagnole: aucun virus à voir ...
McBean est soutenu par la science. De plus en plus d'études montrent que la grippe «espagnole» n'est pas du tout causée par un virus, mais par une bactérie.

Dans la deuxième partie, nous avons vu que Frederick Lamont Gates avait vacciné les soldats de Ford Riley avec un vaccin contre le méningocoque juste avant l'éclosion de la grippe «espagnole». Le méningocoque est une bactérie. Il s'agissait donc d'un vaccin bactérien à base d'un sérum de chevaux injecté trois fois. Que le vaccin bactérien était peut être lu dans les premières pages de son rapport. Voir pour ça Partie II. Gates a signalé dans le rapport des effets secondaires tels que des symptômes pseudo-grippaux tels que toux, vomissements et diarrhée peu de temps après l'administration du vaccin et désastreux pour les soldats vivant dans des casernes et des tranchées voyageant en trains serrés vers la côte atlantique pour une traversée en bateau vers l'Europe. Dans la phase finale de la Première Guerre mondiale, le Rockefeller Institute, qui employait Gates, a envoyé le sérum bactérien en Angleterre, en Belgique, en France, en Italie et dans d'autres pays.

Qu'une bactérie et non un virus a causé la mort de jusqu'à XNUMX millions de morts, selon les estimations officielles, selon les autopsies de milliers de décès dus à la grippe à partir de cette époque. Les chercheurs ont étudié plus de XNUMX XNUMX autopsies. Tous ont montré une infection pulmonaire bactérienne: «Il n'y a eu aucun résultat négatif de culture pulmonaire». La pneumonie bactérienne a été la cause de décès dans au moins 92,7% des autopsies de décès dus à la grippe dite «espagnole» de 1918-1919. (David M. Morens, Jeffery K. Taubenberger et Anthony S. Fauci, "Rôle prédominant de la pneumonie bactérienne comme cause de décès dans la grippe pandémique: Implications for Pandemic Influenza Preparedness », Institut national de la santé, 2008).

Il n'y a aucune preuve d'un virus de la grippe «espagnol» isolé et identifié pour la simple raison que le microscope électronique n'existait pas à l'époque. L'étude précitée de 2008, réalisée entre autres par Anthony S. Fauci à l'instigation de l'Institut national de la santé, suggère donc: «Malgré la disponibilité de données publiées sur quatre pandémies qui se sont produites au cours des cent vingt dernières années, il existe peu d'informations récentes sur la cause de décès associée aux pandémies de grippe. » Qu'un virus soit la principale cause de la grippe «espagnole» est une hypothèse non prouvée qui est délibérément répétée. L'étude de Fauci conclut: "La majorité des décès dans la pandémie de grippe de 1918-1919 étaient probablement directement dus à une pneumonie bactérienne secondaire causée par des bactéries communes dans les voies respiratoires supérieures."

Une autre étude de la même année a également conclu que les décès dus à la grippe n'impliquaient pas un virus comme cause de décès mais plutôt des souches colonisatrices de bactéries [injectées] susceptibles de provoquer une pneumonie très mortelle (John F. Brundage et G. Dennis Shanks, "Décès par pneumonie bactérienne au cours de la pandémie de grippe de 1918-19», Volume 14, Numéro 8, août 2008, Revue des maladies infectieuses émergentes, CDC).

Grippe espagnole: meurtre par injection
Après des recherches approfondies, le légendaire chercheur et lanceur d'alerte Eustace Clarence Mullins (1923-2010) a sonné l'alarme sur le scandale de la vaccination lancé en 1918 par les familles Gates et Rockefeller. Il a conclu dans son livre Murder by Injection, The Story of the Medical Conspiracy Against America (1988):

Les historiens de la médecine sont finalement arrivés à la conclusion peu recommandable que la grande «épidémie de grippe» de 1918 exclusivement était due à l’utilisation généralisée des vaccins. C'était la première guerre où la vaccination était obligatoire pour tout le personnel militaire. le Boston Herald ont rapporté qu'en un mois, quarante-sept soldats étaient morts des suites de la vaccination. En conséquence, les hôpitaux militaires n'étaient pas remplis de blessés au combat, mais de victimes de vaccins. L'épidémie a été surnommée «la grippe espagnole», un nom délibérément trompeur conçu pour cacher ses origines. » (P. 85, chapitre 4, Eustace Mulins, "Meurtre par injection).

Les vérités très révélatrices et éveillantes de ce livre et des autres écrits de Mullins étaient indigestes pour les dirigeants. Il a dû être mécru. En conséquence, son personnage a été assassiné dans tous les médias dominants contrôlés, avec l'instrument de falsification de l'histoire approprié, «Wikipedia», ouvrant la voie.

SIDA: la pandémie était une version pratique du scandale COVID
En 2003, le Dr. Gary Null le documentaire "Déconstruire le mythe du sida. » Cela montre que la «pandémie du SIDA» s'est déroulée exactement de la même manière que la «pandémie COVID» actuelle et qu'elle en était en fait la version pratique. Les révélations et la prise de conscience ont abouti au meurtre très brutal du personnage de Gary Null par Wikipedia et d'autres médias grand public contrôlés.

Les déclarations faites dans ce documentaire par des experts tels que Dr. Kary Mullis, inventeur du test PCR en 1983, Dr. Stefan Lanka, et plusieurs autres scientifiques censurés, correspondent exactement aux déclarations de scientifiques inquiets sur la plandémie actuelle du COVID. Mullis ** parle de `` l'épidémie '' du sida, du test PCR utilisé comme moyen de tromperie, de l'ajustement constant des définitions, du fait que le test ne détecte que des protéines humaines mais pas de virus et de la monstrueuse tromperie:

  • «Ce n’est pas une épidémie. Le nombre de cas a augmenté de façon exponentielle parce que le nombre de tests [PCR] a augmenté de façon exponentielle. […] Tout le monde a été dupé!"
  • "La définition originale du SIDA n'a aucune ressemblance avec la définition actuelle du SIDA."
  • «Le test [PCR] ne doit pas être utilisé pour déterminer si une personne a le SIDA ou le virus VIH. […] Les protéines trouvées sont des protéines ordinaires trouvées dans les cellules humaines. "
  • "C'est toute la tromperie orwellienne."

 

Heureusement pour les architectes du scandale COVID actuel, il est décédé par accident juste avant la prétendue `` épidémie '' de corona le 7 août 2019.

Les révélations dans «Déconstruire le mythe du sida» montrent que, comme pour le COVID, le nombre de tests positifs a augmenté alors que le nombre de tests PCR augmentait de manière exorbitante après que les gens aient été effrayés par le prétendu «virus tueur» jamais prouvé par le biais du courant dominant corrompu. médias.

Le système immunitaire était, selon les scientifiques de ce documentaire, affecté par "l'un des médicaments les plus toxiques de tous les temps": AZT et plus tard par les médicaments antiviraux qui ont eu toutes sortes d'effets secondaires très nocifs. En conséquence, d'innombrables personnes en bonne santé et effrayées sont mortes en tant que chanteuse pop Freddy Mercury. En fait, des millions de personnes ont été tuées comme ceci: un génocide. Dr. Alan Cantwell (voir ci-dessous) en parle holocauste.

Les symptômes de déficience immunitaire qui étaient auparavant caractéristiques d'autres phénomènes tels que la pauvreté et une mauvaise hygiène (Afrique), la consommation de drogues ou des maladies comme la tuberculose, comme maintenant avec le COVID, ont ensuite été attribués au sida. Les tests VIH ont abouti à une «quantité ridicule de faux positifs». Comme pour COVID, les définitions ont été progressivement ajustées. Les définitions permettant de diagnostiquer une personne comme un patient atteint du SIDA ont été considérablement élargies, de sorte que les personnes en bonne santé ont également reçu des médicaments tels que l'AZT et sont décédées. Comme avec COVID, les personnes qui avaient une maladie sous-jacente ont été diagnostiquées comme des patients atteints du SIDA. En conséquence, jusqu'à 70% étaient des faux positifs. De fausses estimations artificielles ont été faites, comme pour COVID, d'une «épidémie massive». Ces chiffres ne se sont pas avérés vrais. L'industrie pharmaceutique a fait des milliards.

La détermination de la charge virale mesure de petits nombres de fragments d'ARN qui, comme avec COVID, sont ensuite attribués au virus VIH sans preuve d'existence, mais en fait, ces fragments sont comme des `` débris cellulaires normaux '' dans chaque corps. dans le film «Déconstruire le mythe du sida».

SIDA: aucun virus n'est visible dans aucun champ ni sur aucune route
Le virus VIH, comme le COVID, n'a jamais été détecté par isolement selon l'étalon-or, postule Koch. Dans le documentaire `` House of Numbers '' noirci par les médias grand public, y compris Wikipédia, le lauréat du prix Nobel de renommée Dr. Kary Mullis *** comment il voulait écrire un article scientifique sur le VIH en tant que cause probable du sida. «J'ai dû prouver cela [l'existence du virus du VIH] avec quelque chose avant de pouvoir l'écrire et le soumettre. Et j'ai fait le tour et j'ai demandé à beaucoup de gens. … Il doit y avoir quelqu'un qui sait cela, alors vous allez voir les experts et demandez-leur. Et donc j'ai demandé à tous ces gens, l'un après l'autre, et aucun d'entre eux n'avait la preuve. Aucun d'entre eux! Et j'ai vraiment commencé à le mettre sur mes hanches. C'est là que j'ai remarqué pour la première fois: ils ne savent pas! Personne ne sait vraiment! Tout cela est une grosse imposture! (Extrait '»Pourquoi j'ai commencé à remettre en question le VIH»Extrait du documentaire« House of Numbers Deluxe Edition », Brent Leung, 2009).

Des critiques consciencieux et sincères comme le célèbre et brillant professeur Peter H. Duesberg, le documentaire «Déconstruire le mythe du sida» montre, comme avec COVID, censuré et décrit par les médias grand public comme «dangereux» (= assassinat de personnage psychopathe). Son livre «Inventer le virus du sida» dans lequel il démontre que le prétendu virus du VIH n'a jamais été isolé et identifié selon les postulats de Robert Koch, et donc fabriqué, a été contrôlé par des médias grand public comme 'Wikipédia'moqué et délibérément sorti de son contexte.

Les détracteurs de l'infection virale sont allés jusqu'à s'injecter du sang «contaminé» devant la presse. Par exemple, Dr. Robert E. Willner, auteur de «Deadly Deception, the Preuve que le sexe et le VIH ne causent absolument pas le SIDA» (Peltec Pub Co; 1er septembre 1) avec le sang d'un patient séropositif, comme à l'hôtel Hollywood Roosevelt le 7 décembre 1994 en présence de la presse internationale. Comme beaucoup d'autres médecins critiques, sa licence a été révoquée et son personnage assassiné dans les grands médias, l'outil de falsification de l'histoire «Wikipédia» au premier plan.

D'autres scientifiques épris de vérité, tels que le Dr. Robert Young, a offert de l'argent pour un virus VIH isolé et identifié. Young a offert 5.000.000 millions de dollars pour la preuve du virus VIH, selon les postulats de Robert Koch. Après vingt ans, personne n'a encore réclamé le montant. Young indique qu'il n'a plus ce montant en raison du fait que les médias grand public, après son attitude critique, ont assassiné son personnage et détruit sa réputation. L'outil médiatique grand public approprié que Wikipédia quitte pas de puce de lui tout entier. (Dr Robert O. Young, "Démanteler la théorie virale», Drrobertyoung.com, 20 juin 2020).

SIDA: Brevet lucratif sur un virus inexistant
Néanmoins, en 1988, une partie du matériel héréditaire attribué au «virus» du VIH a été brevetée (des virus complets n'ont jamais été isolés ni identifiés). Une si petite particule, une protéine, aussi peu présente-t-elle, pourrait être facilement multipliée (amplifiée) avec le test PCR qui vient d'être inventé (1983), jusqu'à ce qu'il y en ait assez pour l'analyser. Le nombre d'amplifications pourrait alors être ajusté à la hausse ou à la baisse. Selon le nombre d'amplifications, on pourrait influencer le nombre de résultats de tests positifs, appelés à tort «contaminations».

Ce test PCR serait le prochain il devenir l'outil idéal pour la tromperie de masse dans les pandémies, à commencer par le SIDA. Le fabricant a reçu le prix Nobel. En d’autres termes, comme l’inventeur, Kary Mulis, l’a déjà déclaré: «Tout le monde est dupe! […] Les protéines trouvées sont des protéines ordinaires trouvées dans les cellules humaines. […] C'est une tromperie orwellienne.

C'est une mine d'or pour l'industrie pharmaceutique: des particules «virales» brevetées et le test PCR malléable pour les détecter. Le mariage idéal! La revue scientifique renommée Les sciences parle d'un `` rôle clé '' avec un potentiel lucratif:

L'Université de Harvard a obtenu un brevet américain sur un composant clé du virus du sida. De nombreux chercheurs pensent que ce composant, une protéine connue sous le nom de GP 120, est essentiel pour développer de meilleurs tests diagnostiques et de nouveaux vaccins contre le SIDA. le brevet peut donc être potentiellement lucratif. »

Kary Mullis, inventeur du test PCR, a déclaré ci-dessus «Les protéines trouvées sont des protéines ordinaires trouvées dans les cellules humaines». Mais cela n'a pas arrêté l'industrie pharmaceutique. Les entreprises ont commencé à utiliser le morceau de matériel génétique pour l'industrie de la vaccination: «Certaines entreprises utilisent des fragments de GP 120 pour développer des vaccins». Ils ont parrainé la recherche scientifique afin d'obtenir le droit d'utiliser le brevet très lucratif, qui a également réussi: «Harvard a accordé une licence exclusive d'utilisation du brevet à Cambridge Bioscience Corp. de Worchester, Massachusetts. Jusqu'à présent, la société a versé environ 350.000 XNUMX dollars à Harvard pour soutenir la recherche sur le sida [des chercheurs de Harvard] dans l'Essex et Lee. » La corruption et les conflits d'intérêts à la Ab Osterhaus n'étaient pas rares:

Le soutien financier de la société pour leurs recherches a été un «arrangement inhabituel», dit Brinton [directeur du bureau des brevets de Harvard], car [le chercheur de Harvard] Essex est membre du conseil scientifique de la société et un petit nombre d'actions de la société a . " (M. Sun, "Une partie du virus du sida est brevetée", Les sciences  26 février 1988: Vol. 239, numéro 4843, p. 970).

SIDA: l 'Histoire se répète, génocide par la vaccination
La grippe espagnole a été causée par des vaccinations, à commencer par des vaccinations expérimentales contre la méningite. À l'instigation de l'OMS dans les années XNUMX, les homosexuels et les noirs ont reçu une vaccination expérimentale (hépatite ou variole) en tant qu'animaux de laboratoire qui a détruit le système immunitaire et conduit au `` sida '', selon le chercheur Dr. Alan Cantwell dans son livre «Queer Blood: Le complot secret du génocide contre le SIDA(Veritas Press, 1993). À la page 51, Cantwell écrit:

« Le 11 mai 1987, une histoire très importante sur le sida a fait la une du London Times, l'un des journaux les plus respectés au monde. Le titre disait : « Le virus du SIDA causé par le vaccin contre la variole ». Écrit par le rédacteur scientifique Pearce Wright, l'article suggérait que le programme de vaccination pour l'éradication de la variole, parrainé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), était responsable du déclenchement du sida en Afrique. Entre les années 1966-1977, près de 100 millions de noirs vivant en Afrique centrale ont été injectés par l'OMS.

 

Dr. Alan Cantwell, chercheur en microbiologie et dermatologue (spécialiste du sarcome du carposi, le `` cancer gay '') raconte dans un interview avec New Insights TV à propos de son livre, entre autres sur le département américain de la Défense, où les microbiologistes qui y travaillent ont été explicitement chargés de créer un «germe super puissant». Notre système immunitaire n'aurait aucune défense contre cela, de sorte que l'on pourrait provoquer une «contamination équilibrée» (contamination délibérée) chez les gais et les noirs. C'était une expérience et préfigurant la vaccination COVID actuelle prévue.

Immédiatement après l'arrêt du programme de vaccination contre la variole africaine en 1977, qui a été associé par le Times à l'épidémie de sida là-bas, de 1978 à 1981, les homosexuels ont été mandatés par le RIVM américain (CDC) à grande échelle. injecté comme cobayes avec un vaccin expérimental contre l'hépatite(De même qu'incidemment, des soldats ont reçu un vaccin expérimental contre la méningite et la tuberculose à grande échelle au début du XXe siècle, qui a conduit à la «grippe espagnole»). Il semble que le nombre colossal de morts en Afrique commençait à trop se démarquer et que pour cette raison, ils recherchaient un nouveau groupe qui serait également tombé malade du virus VIH tueur. Par la suite, l'expérience de vaccination contre l'hépatite peut avoir été arrêtée en 1981 car sinon, comme le Times l'avait fait, le lien pourrait commencer à se faire entre les vaccinations et les cas de sida chez les gays qui, immédiatement après ces vaccinations, ont commencé à partir du début des années 1987. fait les nouvelles du monde. La prétendue pandémie de SIDA s'est prolongée lorsque l'AZT a commencé à être administré en XNUMX.

Tout cela a conduit à un autre, selon Cantwell, «Holocauste», cette fois dans la communauté gay (New Insights TV, 1995: «Dr. Alan Cantwell discute de l'origine du SIDA et du SK).

Cantwell, à la suite de ses révélations, a parcouru les principaux médias, notamment 'RationalWiki'complètement ridiculisé.

SIDA: le VIH était une fraude, tout comme COVID l'est maintenant
Pendant la grippe espagnole, les personnes qui ont refusé les médicaments prescrits ont survécu. Les personnes qui n'ont pas pris le médicament anti-VIH témoignent dans «Déconstruire le mythe du sida» qu'elles existent toujours pour cette même raison. Un homme gay ** dit ce qui suit dans ce documentaire:

«Je crois que je suis toujours en vie après avoir été [séropositive] pendant vingt ans parce que je n'ai pas pris d'AZT ni aucun de ces médicaments.

Je peux moi-même en témoigner. J'ai une expérience personnelle du test et de l'infection présumés du VIH et je peux affirmer avec une certitude à 100% qu'un `` test VIH positif '' est comme un `` test COVID positif '' complètement dénué de sens est. Pendant vingt ans, j'ai vécu avec un partenaire qui a été testé séropositif pour le VIH et qui ne prenait pas de médicaments. D'innombrables fois, j'ai été «exposé» à ce que les médias grand public présentaient structurellement comme des «situations très risquées». Malgré l'avalanche de propagande de peur, mon ancien partenaire et moi sommes en excellente santé.

Mon partenaire actuel, qui était «séropositif» selon le test PCR du VIH, s'est arrêté après douze ans avec le cocktail de pilules empoisonnées qu'il devait prendre quotidiennement sur les conseils de son «spécialiste». C'était il y a presque un an maintenant. La plupart des «maux» dont il souffrait ont disparu et il se sent mieux que jamais, tandis que quelque trois cent cinquante personnes de son cercle de connaissances «séropositives» sont mortes (tuées) avant 1995 après avoir été empoisonnées à l'AZT.

Grippe porcine: le virus n'existe pas
Toujours dans la deuxième fausse «épidémie de virus H1N1», après la grippe «espagnole», plus connue sous le nom de grippe porcine ou mexicaine, un virus n'a jamais été isolé, identifié ou prouvé selon les postulats de Robert Koch. Cela avait déjà été déclaré en 1976 par, entre autres, le Dr. J. Anthony Morris, l'un des meilleurs experts en vaccination du gouvernement américain. «Il n'y a aucune preuve que la grippe porcine est mortelle… Elle n'est pas contagieuse… Il n'y a aucune preuve que la grippe porcine [grippe porcine] se propage. Il n'a été isolé nulle part depuis qu'il a été (prétendument) trouvé à Fort Dix, NJ en février »(chapitre:« Ford the Puppet »de«Expose de la grippe porcineEleonor McBean).

Pour la détermination de la `` contamination '' par la grippe porcine, l'Organisation mondiale de la santé et le RIVM américain (CDC) ont recommandé le test PCR bien connu qui donne de faux résultats de test pour le COVID (Protocole CDC ou RT-PCR en temps réel pour la grippe porcine A. , 28 avril 2009). De plus, ces résultats peuvent être parfaitement manipulés. C'est-à-dire que le nombre de résultats de test positifs, appelés à tort «contaminants», peut être ajusté vers le haut ou vers le bas selon la préférence souhaitée sur la base du nombre d'amplifications. L'inventeur de ce test, Kary Mullis, a en toutes les clés a supposé que le test PCR ne convenait pas comme outil de diagnostic et ne pouvait pas être utilisé pour la détection de virus. 

Grippe porcine: répétition des mouvements
L'escroquerie de la grippe porcine est exactement comme celle des escroqueries COVID et SIDA. Le courageux Président du Comité de la Santé du Conseil de l'Europe, Dr. Wolfgang Wodarg a décrit cette arnaque comme une «fausse pandémie impulsée par des sociétés pharmaceutiques qui pourraient gagner des milliards de livres grâce à une campagne mondiale de peur». Selon le ministère britannique de la Santé, 2009 personnes mourraient rien qu'en Grande-Bretagne en 65.000. Seuls 251 décès présumés dus à la grippe porcine ont finalement été dénombrés.

Wodarg parle de contrats qui, comme avec COVID, ont été conclus longtemps à l'avance, par lesquels le gouvernement, et donc le contribuable, paie tous les risques financiers: «Les gouvernements ont signé des contrats avec les fabricants de vaccins par lesquels ils prennent les commandes à l'avance et assument presque toute responsabilité. […] De cette manière, les producteurs de vaccins sont assurés de réaliser d'énormes profits sans risque financier ». Wodarg a qualifié la grippe mexicaine ou porcine de l'un des plus grands scandales médicaux du XXe siècle, mais cela a maintenant été largement dépassé par la fraude COVID, le le plus grand crime de l'histoire humaine. (Source: Daily Mail, 18 janvier 2010, "La `` fausse '' pandémie: Les firmes pharmaceutiques ont profité de la peur de la grippe porcine, affirme le chef de la santé d'Euro » PDF).

Le personnage de Wodarg a ensuite été assassiné dans les médias grand public et sa réputation détruite.

Grippe porcine: brevets pour le profit
Tout comme pour le coronavirus, pour lequel plusieurs brevets lucratifs ont été délivrés (US 7,220,852 B1, PE 3 172 319 B1) - dont un pour indiquer `` expert '' et vaccin millionnaire Ab Osterhaus (PE 2 898 067 B1) - il existe un brevet sur le `` virus de la grippe porcine '' produit par biotechnologie mais en réalité jamais isolé qui, bien avant l'épidémie présumée de 2009, avait déjà été approuvé en 2005. Ceci par la Mount Sinai School of Medicine et al. Le `` virus de la grippe porcine '' breveté est explicitement destiné à être utilisé dans les vaccins humains selon la description du brevet (US Patent and Trademark Office: Virus de la grippe porcine génétiquement modifié et utilisations de celui-ci, brevet n ° 8124101).

L'Office européen des brevets est d'avis que le matériel biologique isolé de son `` environnement naturel '' (comme c'est le cas avec le SARS-CoV-2), ou produit par un procédé technique, est brevetable, même s'il s'est déjà produit dans la nature. (Cet «isolement» n'est donc pas la même chose que l'isolement et l'identification selon les postulats de Koch). Cependant, dans d'autres juridictions, comme les États-Unis, les produits naturels qui n'ont pas été modifiés par l'homme ne sont pas éligibles à la protection par brevet.

Dans tous les cas, il s'agit de «morceaux» de matériel héréditaire «sauvage» qui sont attribués au «virus» et placés dans une séquence (séquence) de sorte qu'ils soient brevetables. Il ne s'agit donc pas de la composition génétique complète du virus (= génome). Un «virus» complet n'a jamais été isolé et identifié séparément de la cellule hôte (Irene Vázquez, "Coronavirus SARS-CoV-2 et brevets», ABG Intellectual Property, 20 février 2020).

La séquence et le regroupement de ces morceaux de protéines avec du matériel héréditaire se fait avec un ordinateur. Une série complète est une construction informatique, c'est-à-dire une fabrication et nullement le résultat d'une recherche « empirique » au microscope électronique (= recherche basée sur l'observation). Les « scientifiques » en question discuteront ensuite de cette série reconstituée, qui parviendront ensuite à un accord (= consensus) du type : « Approuvé par l'Association néerlandaise des femmes au foyer ». Une série aussi complète sur laquelle il existe un consensus est finalement qualifiée de « virus » et brevetée. Ce « virus » fictif n'existe que dans les ordinateurs et les laboratoires et non dans la nature. dr. David Rasnick, chimiste avec, entre autres, une longue expérience dans l'industrie pharmaceutique, formule ceci :

«Les maniaques de virus utilisent des ordinateurs pour comparer la ménagerie de séries afin d'arriver à une séquence« consensus »pour le VIH, le coronavirus et tous les autres. La série consensus existe [seulement] à deux endroits: dans les ordinateurs et dans les séquences d'ARN [= matériel héréditaire] qui sont synthétisées en laboratoire [= composé de différents composants] »(« David Rasnick: New Strain of the Coronavirus, or a Giant Con? Jusqu'où vont les mensonges?Sgtreport.com, 26 janvier 2021 PDF).

Plus d'informations sur ces faux virus construits numériquement à la fin de cet article.

Grippe porcine: paralysie, maladie du sommeil et décès dus à la vaccination
Les effets secondaires des vaccins toxiques contre la grippe porcine, y compris la maladie du sommeil ou la narcolepsie, le choc anaphylactique (une réaction allergique très grave) ou même la mort, n'ont pas été enregistrés ou caché. Surtout les enfants sans défense étaient des cobayes faciles:

«Aux Pays-Bas, environ un demi-million d'enfants âgés de 23 mois à 2009 ans ont été vaccinés avec Pandemrix à partir du 6 novembre 4. A cette époque, le nombre élevé d'effets secondaires graves chez GSK était déjà connu [ci-dessous une liste PDF des scandales GlaxoSmithKline]. Le Lareb, qui recueille les effets secondaires des médicaments rapportés aux Pays-Bas, a 3754 rapports sur Pandemrix entré. Parmi ceux-ci, 137 ont été qualifiés de graves. Trente cas sont liés à la narcolepsie. Le ministère de la Santé, du Bien-être et des Sports négocie actuellement une indemnisation pour une dizaine d'enfants. » (source: NOS. «Information sur les effets secondaires du vaccin contre la grippe porcine non diffusée», 21 septembre 2018, PDF).

Malheureusement pour la mafia pharmaceutique, la vaccination à grande échelle n'a jamais été réalisée aux Pays-Bas. Les collaborateurs des médias grand public, les `` experts '' de l'État tels que Roel Coutinho et le acteur financier Ab Osterhaus, ainsi que les marionnettes de la politique, n'ont pas pu décoller cette fausse pandémie. le trente-quatre millions vaccins fournis par le ministre Ab Klink pour cent quarante-quatre millions d'euros déjà rachetés à vos impôts, trouvés, mis à part une certaine revente (en soi un scandale) aux pays pauvres, leur fin à l'endroit où ils appartiennent: la décharge.

En 1976, on parlait de la première pandémie de grippe porcine qui, comme la grippe «espagnole», avait commencé dans une caserne: Fort Dix, New Jersey. Aucun des soldats là-bas n'avait été en contact avec des porcs, bien que, comme les chauves-souris du COVID et les singes du sida, selon la désinformation des médias grand public, ce serait la source. Cependant, comme pour la grippe espagnole, tous les soldats avaient été vaccinés au préalable, notamment avec Port Chalmers vaccin contre la grippe qui protégerait contre toutes les formes de grippe. Cinq cents soldats sont immédiatement tombés malades d'un empoisonnement au vaccin, écrit le Dr Eleonor McBean, dont soixante-six ont dû être hospitalisés. Comme pour le COVID, des certificats de décès ont été falsifiés, ce qui, selon McBean, est une pratique courante en matière de décès par vaccination (Source: chapitre «Aucune épidémie de grippe porcine» dans «Expose de la grippe porcineEleonor McBean).

Selon la propagande de peur en plein essor des médias grand public en 1976, jusqu'à XNUMX millions d'Américains mourraient de la grippe porcine ou porcine à court terme. Quarante-cinq millions d'Américains effrayés ont ensuite été vaccinés contre ce prétendu «virus tueur». De nombreux effets secondaires (graves) ont été ressentis. Les chiffres officiels font état de quatre cent cinquante vaccinés atteints du syndrome de Guillain-Barré à la suite de la vaccination. Ce syndrome provoque une faiblesse musculaire, une paralysie ou la mort (WSB-TV, "La précipitation pour créer un vaccin contre la grippe dans les années 1970 a conduit à une épidémie de maladie mortelleles scientifiques disent », 1er novembre 2020, PDF).

Zika: un `` virus tueur '' jamais isolé et identifié
En 1947, la Fondation Rockefeller a breveté le prétendu virus Zika dérivé d'un fluide corporel d'un singe rhésus de la forêt ougandaise de Zika (brevet ATCC® VR-84 ™). Bien sûr, ce virus putatif n'a jamais été isolé selon les postulats de Koch, mais une partie du matériel cellulaire mis en culture dans une boîte de Pétri. Après tout, avec l'invention du microscope électronique, les postulats de Koch étaient devenus intenables car ils montraient que les «virus» ne peuvent pas être isolés mais sont inextricablement liés aux cellules du corps, comme les «exosomes». C'est pourquoi Thomas Rivers a modifié les postulats en 1937 à la demande des Rockefeller. Voir pour ça Partie I..

Soixante-dix ans plus tard, le brevet n'a été encaissé que par Sanofi Pasteur, premier producteur mondial entièrement dédié aux vaccins (Wikipedia). Cette société a été fondée à Lyon en 1897 par l'assistant de Louis Pasteur, Marcel Mérieux, dont l'Institut Pasteur a été financé, entre autres, par Rockefeller et Guy de Rothchild. Ses origines remontent à la division vaccins de l'Institut Pasteur, racheté par Mérieux en 1885 et rebaptisé `` Vaccins Pasteur '', de sorte que sa famille est devenue riche et riche (source: aperçu historique Sanofi-Aventis | Blog de Media Citizen, 17 novembre 2009: PDF).

Les Pays-Bas ont commandé des vaccins COVID-19 pour une vaccination de masse à Sanofi Pasteur, mais l'administration a été arrêtée après des problèmes avec le vaccin chez les personnes âgées. (Algemeen Dagblad, 11 décembre 2020, 11 millions de vaccins corona achetés par les Pays-Bas reviennent à la planche à dessin: ''Recul»).

Zika: crânes rétrécis, lésions cérébrales et paralysie après vaccination
Sanofi Pasteur et GlaxoSmithKline sont les fabricants du vaccin Tdap. Cette dernière multinationale a été fondée en 1873 par l'entrepreneur juif Joseph Edouard Nathan et est connue pour les innombrables scandales de vaccins et autres intoxications «médicamenteuses» pour lesquelles des milliards de souffrances ont été versées aux victimes. Pas de problème en soi, car cette multinationale a réalisé un chiffre d'affaires de 2016 milliards de livres sterling rien qu'en 81. Parmi les victimes, d'innombrables victimes à vie de leur vaccin contre la grippe `` porcine '', qui provoque entre autres la maladie du sommeil (narcolepsie) (liste PDF Scandales GKS).

Fin 2014, le ministère brésilien de la Santé a introduit le nouveau vaccin contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche (= vaccin Tdap), approuvé par la FDA en 2005, dans le cadre de son programme de vaccination des femmes enceintes. Cependant, immédiatement au cours de l'année suivante (2015), le gouvernement brésilien a tiré la sonnette d'alarme lorsque tout à coup 4180 bébés de femmes vaccinées avec un crâne rétréci et des lésions cérébrales (microcéphalie) ont été signalés et 3448 cas supplémentaires ont été examinés pour cette anomalie congénitale. (La source: "Virus Zika au Brésil», Janvier 2016, República Federativa do Brasil, brasil.gov.br).

En plus des crânes rétrécis avec des lésions cérébrales, une augmentation du syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune qui provoque une paralysie, une faiblesse musculaire ou la mort, a également été observée comme conséquence directe de la vaccination contre la grippe porcine (voir ci-dessus).

Les crânes déformés et ce syndrome seraient tous deux causés par le prétendu virus Zika qui n'avait jamais fait une telle victime en 23 ans. En se perroquetant, les médias d'information du monde entier l'ont rapporté. Aux Pays-Bas, ce mantra a été répété sans critique et le virus aurait déjà infecté des personnes, selon le NOS dans sa propagande de peur implacable. «Le virus Zika ne semble pas seulement dangereux pour les bébés à naître, il peut aussi potentiellement conduire à la méningite et au syndrome de Guillain-Barré, une maladie nerveuse rare qui affecte les muscles. […] Au Brésil, où le virus est courant, un nombre impressionnant d'enfants au cerveau immature sont nés au cours de l'année écoulée. Cela peut conduire à une déficience intellectuelle ou à un décès prématuré », écrit le radiodiffuseur d'État. (NOS, 2016 janvier XNUMX, "Le virus Zika n'est peut-être pas seul dangereux pour les bébés", PDF).

Les maladies auto-immunes telles que Guillain-Barré sont une conséquence connue des vaccinations. Organismes officiels collaborateurs refuser cependant, faites de la recherche fondamentale et protégez les fabricants de vaccins plutôt que les citoyens.

Le 10 octobre 2016, Cochrane dépose une plainte auprès du Médiateur européen pour mauvaise administration à l'Agence européenne des médicaments (EMA), une agence de l'Union européenne, concernant la sécurité des vaccins. Cochrane est une organisation mondiale indépendante à but non lucratif composée d'un réseau de chercheurs, de professionnels de la santé, de patients et de soignants. Cochrane le fait au nom d'un certain nombre d'institutions scientifiques dans le domaine médical de plusieurs pays. La plainte de Cochrane est basée sur sa conclusion selon laquelle l'EMA est structurellement coupable de secret extrême, d'opposition, de fausse déclaration des faits, de mensonge, de dissimulation, de conflit d'intérêts, de corruption, de non-science et de tromperie en ce qui concerne les vaccinations et leurs effets secondaires. Cochrane note ce qui suit au sujet des effets secondaires graves:

"Il est possible que une grande partie des dommages graves qui surviennent après la vaccination sont des maladies auto-immunes. Cependant, comme nous ne savons pas si ces maladies sont causées par les vaccins [dans ce cas] contre le VPH, il doit être une priorité de recherche de le découvrir. » (p. 1. Cochrane, 10 octobre 2016; «Plainte adressée au Médiateur européen pour mauvaise administration à l'Agence européenne des médicaments (EMA) en ce qui concerne la sécurité des vaccins contre le VPH). »

Zika se transforme soudainement en un virus tueur après 70 ans d'innocence, selon un test malsain
Le prétendu virus Zika de Rockefeller qui jusqu'en 2015 n'avait jamais posé le moindre danger (!) Serait soudainement la cause de toute la misère. Une bête transmettrait le virus, tout comme un singe avec le VIH, une chauve-souris avec COVID-19, un cheval avec la grippe «espagnole» et un porc avec la grippe «porcine». Dans ce cas, un moustique serait à blâmer.

La «preuve» a été fournie par un test défectueux. Le gouvernement brésilien écrit: «Le diagnostic [du virus Zika] se fait aujourd'hui via le test PCR». Il s'agit du même test utilisé pour «diagnostiquer» le VIH, le COVID-19, le virus Ebola et la grippe porcine. L'inventeur du test PCR Kary Mullis a plusieurs fois de manière explicite et catégorique a déclaré que le test PCR ne peut pas diagnostiquer et n'est pas du tout destiné à cela et ne l'a jamais été.  

Zika: exemple de fausse pandémie pour dissimuler l'oppression
Les fausses épidémies s'avèrent être le moyen idéal pour augmenter le pouvoir de la classe dirigeante. Comme remède, le gouvernement brésilien a recommandé d'accroître le contrôle gouvernemental, entre autres:

  • Augmentation du nombre de laboratoires réalisant des tests PCR et développement d'un test rapide.
  • Augmentation significative du nombre de tests PCR par mois.
  • Mettre en place des centres de coordination et de contrôle aux niveaux national, étatique et local.
  • Faire inspecter 100% des ménages par des agents de santé (recherche des contacts) soutenus par 50.000 XNUMX militaires.
  • Campagnes de masse à la radio, à la télévision, dans les journaux, les affiches et les réseaux sociaux.
  • Le développement rapide d'un vaccin Zika par des sociétés comme Sanofi-Pasteur (et l'achat de 100 tonnes d'insecticides; le Brésil est un client majeur de Monsanto!).

 

Le virus a maintenant été trouvé au Canada, en Allemagne, en Italie, au Japon, aux États-Unis et en Australie et dans 18 pays et régions d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale. (La source: "Virus Zika au Brésil», Janvier 2016, República Federativa do Brasil, brasil.gov.br).

Bientôt, un porno de peur mondial a été déchaîné sur les masses endoctrinées. Le 26 janvier 2016, l'Organisation mondiale de la santé prévient que le virus Zika «se propage de manière explosive» et infectera des millions de personnes. Dr. Anthony Fauci, chef de la division des maladies infectieuses du ministère américain de la Santé et pilote du scandale corona actuel, parle d'un 'pandémie mondiale». (CBS news, 28 janvier 2016, «Le virus Zika au niveau« pandémique », selon les National Institutes of Health», PDF).

Ebola: Encore ces salauds!
Le «terrible» virus Ebola causerait une véritable torture à mort certaine avec hémorragie interne et anéantirait des communautés entières. Bien que les gens aient vécu ensemble intensivement avec les animaux pendant des millénaires - bien après le Moyen Âge, les gens dormaient souvent dans une seule pièce - nous devons maintenant les craindre sérieusement. Tout comme la grippe «porcine» (les porcelets), Zika (les moustiques), le sida (les singes), la grippe «espagnole» (les chevaux), le COVID (les chauves-souris), elle aurait été à nouveau causée par des insectes. Cette fois pas la chauve-souris mais la chauve-souris, une délicatesse africaine (Nature, 30 novembre 2005, EM Leroy et al: "Les chauves-souris frugivores comme réservoirs ou virus Ebola").

Ebola: brevet lucratif sur un `` extrait de virus '' modifié pour les préparations vaccinales
Une nouvelle mine d'or de vaccins était en vue. En 2010, le RIVM américain a breveté le prétendu virus Ebola (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) sous le numéro CA2741523A1. Cela en fait l'une des six entreprises détenant un brevet Ebola «pour la recherche scientifique».

Dans le description du brevet déclare, entre autres: «L'invention fournit / comprend préparations vaccinales comprenant le virus Ebola «inventif» [= modifié], y compris les formes recombinante [= regroupée] et chimérique [= mixte] du virus »(« 0026: L'invention fournit des préparations vaccinales comprenant le virus Ebola de l'invention, y compris les formes recombinante et chimérique du virus ").

Ebola: jamais isolé et identifié un `` virus '' complet
Bien que le brevet se réfère à tort à un «virus isolé», il signifie de nos jours seulement que les cellules avec le prétendu «virus» ont été «isolées» (échantillon) d'un patient et mises en culture. Les postulats de Koch sont simplement expliqués comme 'invalide' pour les virus. Les postulats exigent que le virus soit identifié et isolé indépendamment des cellules hôtes en tant que pathogène fonctionnant indépendamment avec un microscope électronique. Cette présentation trompeuse des virus comme étant isolés est ce que les soi-disant vérificateurs de `` faits '' propagent lors de leur passage. Facebook et Google financé «FullFact», afin de garder les nouvelles et les croyants des journaux dans l'ignorance.

Tromperie de masse financée par les grandes technologies utilisant des soi-disant vérificateurs de faits.

 

Dr. David Rasnick, qui a travaillé en Afrique pendant des années, parle du prétendu virus Ebola dans un échange de courrier avec un journaliste d'investigation Jon Rappoport:

«J'ai étudié en détail la littérature sur l'isolement et l'Ems [= images au microscope électronique] des virus Ebola et Marburg. J'ai non Des preuves convaincantes ont été trouvées que le virus Ebola (y compris le virus de Marburg [lié à Ebola]) a été isolé chez l'homme. Il y a sans aucun doute non preuve confirmative de l'isolement humain. »

Dr. David Rasnick a obtenu son doctorat du Georgia Institute of Technology et a travaillé avec des protéases (une classe d'enzymes) et des inhibiteurs de protéase pendant 25 ans. Il est l'auteur du livre "The Chromosomal Disbalance Theory of Cancer". Il a également été membre du Comité consultatif présidentiel sur le sida en Afrique du Sud, le continent où le virus Ebola aurait le plus touché. En raison de son honnêteté et de son indépendance, son caractère et son travail ont été discrédités par les médias dominants contrôlés, Wikipédia en premier. Rappoport, qui écrit sur les pratiques de la mafia pharmaceutique depuis trente ans, est étouffé et censuré dans les médias grand public. Son blog est pris de l'air. (Source: Biblioteca Pleyades, Inventer des virus, un canular stupéfiant6 août 2015 capture d'écran échange de courrier).

Bien sûr, la présence du `` virus Ebola '' inexistant est commodément `` démontrée '' à nouveau avec le test PCR complètement défectueux avec lequel on peut manipuler à votre guise et qui a été explicitement déclaré inadapté par l'inventeur, Kary Mullis, comme un outil de diagnostic pour prouver les virus présumés chez le patient (Rapport public de l'OMS sur l'EUAL Janvier 2019, version 2.0).

Ebola: le porno d'anxiété tourne à plein régime
La propagande des médias grand public tourne à plein régime, essayant, dans la mesure du possible, d'alimenter les incendies de l'ennemi mondial invisible, afin de rendre les gens vulnérables à de nouvelles mesures de privation de liberté et à un vaccin de plusieurs milliards de dollars comme `` solution '',> problème> réaction > solution.: «Dans l'épidémie actuelle d'Ebola en République démocratique du Congo, plus de 3.000 67 personnes ont maintenant été infectées. Environ XNUMX% de ces personnes meurent. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré cette épidémie un urgence internationale ».

Mais le salut est à portée de main! En attendant, le premier vaccin contre cet horrible tueur humain aurait été trouvé. À propos du vaccin génétiquement modifié basé sur le «virus inventif» breveté susmentionné, le Medicines Evaluation Board écrit en 2019: «Le nouveau vaccin est un vaccin vivant atténué génétiquement modifié(CBG, "Premier vaccin à protéger contre Ebola», MEB, 22 octobre 2019, capture d'écran).

Ebola: des `` taux d'infection '' basés sur des tromperies, de faux diagnostics et des hypothèses
Terrifiés par la propagande des médias grand public, les citoyens effrayés et soumis au lavage de cerveau seront les premiers `` cas '' diagnostiqués avec le test PCR lorsqu'ils rejoindront les hôpitaux pour leur attribution à Ebola grippesymptômes: maux de gorge, toux, maux de tête, fièvre, douleurs articulaires et frissons.

Comme mentionné ci-dessus, le test PCR multiplie de très petites quantités de «matériel viral» attribué au virus tueur. Des quantités énormes de ces protéines sont nécessaires pour étiqueter une personne comme «infectée», ce qui signifie qu'un nombre tout aussi important de personnes qui subissent ces tests recevront un diagnostic erroné d'Ebola.

Cela signifie qu'il n'est pas nécessaire de regarder les ravages que la grande entreprise multinationale - y compris le FMI et la Banque mondiale avec leurs prêts d'étranglement - ont causé sur le continent africain avec les dirigeants assis là comme leurs vassaux. Naomi Klein décrit et documente cette situation en détail dans son best-seller 'La doctrine du choc(Knopf Canada 2007). Dans des pays comme le Congo, le Libéria, la Sierra Leone et la République de Guinée, la pauvreté et la maladie sont donc les principales composantes de la vie quotidienne. Pour maintenir cette situation pour les multinationales il n'y a qu'un seul adage: libérer cette misère humaine surtout pas au; maintenir l'approvisionnement en eau polluée, préserver les terres volées afin que les gens ne puissent pas cultiver eux-mêmes des aliments sains, ne pas installer d'assainissement de base, ne pas investir dans la santé de la population, voler la riche offre de matières premières et détruire la nature. En conséquence, la population reste impuissante dans son besoin de survie, de sorte qu'elle ait le parasites corporatifs psychopathiques ne peut pas le jeter et le garder libre dans leur pollution, destruction et exploitation sans scrupules de la terre.

Les symptômes de la maladie dans toute fausse «épidémie menaçant le monde» consistent en un conglomérat de phénomènes qui sont ensuite étiquetés. Le journaliste d'investigation Jon Rappoport a mené une analyse détaillée de la véritable cause de «l'épidémie d'Ebola». Il écrit:

«De réel les raisons de «l'épidémie d'Ebola» comprennent, sans s'y limiter: la pollution industrielle; pesticides organophosphorés (provoque des saignements); abus d'antibiotiques (provoque des saignements); carences nutritionnelles sévères et débilitantes (qui peut provoquer des saignements); faim; perte drastique d'électrolytes; diarrhée chronique; pauvreté extrême; guerre; des terres agricoles volées; campagnes de vaccination (chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les vaccins peuvent facilement anéantir leur dernière once de santé). » (Jon Rappoport "Ebola: la nouvelle fausse épidémie, Le virus est la couverture », 2 mars 2021, nomorefakenews.com, PDF).

Le fait est que les virus inexistants fonctionnent comme une «histoire de couverture» pour cacher les véritables motifs et causes et pour garder les causes corporatives des souffrances humaines indicibles à l'abri du vent.

La tristement célèbre hémorragie interne qu'ils attribuent à Ebola, médiatisée par les médias grand public toutes sortes de ont des causes, dont la plupart sont le résultat de la misère extrême résultant de l'exploitation des Africains par les multinationales:

"C `est impossible pour séparer le diagnostic virologique d'une infection à virus Ebola du diagnostic de fièvre hémorragique [= hémorragique] en général. Le tableau clinique de la maladie est en effet trop non spécifique pour formuler toute hypothèse sur le virus qui pourrait être responsable d'un cas particulier. »

C'est l'une des conclusions du rapport de 280 pages 1977 sur Ebola suite à une réunion internationale sur cette maladie en Belgique (p. 73 dans «Fièvre hémorragique à virus Ebola: Actes d'un colloque international sur l'infection à virus Ebola et autres fièvres hémorragiques, Anvers, Belgique, 6-8 décembre 1977. » Edité par Elsevier, Biomedical Press, 1978). 

Il faut un article séparé pour contrer tous les symptômes de la maladie faussement attribués aux pandémies, il suffit donc de me référer à Résumé de Rappoport sur Ebola dans son récent article «Ebola: la nouvelle fausse épidémie» (Jon Rappoport «Ebola: la nouvelle fausse épidémie», 2 mars 2021).

Les virus et les pandémies virales sont des fraudes
Ce qui précède montre que les virus qui auraient causé les pandémies n'ont jamais été trouvés. Comme les pandémies, les «virus tueurs» sous-jacents sont un canular. La micro-théorie de Pasteur est basée sur la simple fraude, la tromperie et le profit, nous avons reconnu Partie II.

Le 'père des vaccins modernes', John Franklin Enders (1897-1985), cependant, aurait montré que les virus, en l'occurrence le virus de la rougeole, pourraient bien être la cause de la mort tissulaire et cellulaire (Enders JF, Weller TH, Robbins FC: «Culture de la souche Lansing de poliomyélite virus dans des cultures de divers tissus embryonnaires humains, ”Science. 1949; 109 (2822): 85–87).

Ses expériences, cependant, n'ont jamais été vérifiées par des contre-enquêtes mais, au contraire, ont été imitées sans critique. Il a cependant reçu le prix Nobel pour cette invention lucrative en 1954.

Le biologiste allemand Dr. Stefan Lanka a offert 100.000 2016 € à la personne qui pourrait apporter la preuve de l'existence du virus de la rougeole. Cette preuve n'a jamais été fournie à ce jour. Un candidat à ce prix n'a pas été retenu par le tribunal. Le juge a statué en XNUMX sur la base d'une enquête menée par cinq experts désignés par le tribunal que l'existence du virus n'avait jamais été prouvée, pas même par le lauréat du prix Nobel John Enders (Landesrechtsprechung Baden-Württemberg, OLG Stuttgart Urteil du 16.2.2016, 12 U 63/15). Stefan Lanka caractérise la théorie du virus comme une croyance persistante:

«La mort des tissus et des cellules est considérée à tort comme l'isolement du virus. Quoi qu'on en dise, le fait est et reste celui-là le virus n'a jamais été isolé dans le vrai sens du mot - c'est-à-dire: montré dans son ensemble ou caractérisé biochimiquement. Les photos au microscope électronique des virus présumés, par exemple, ne montrent en fait que des particules régulières de tissus et de cellules mourants, généralement au mieux sous forme de modèle. Cependant, étant donné que les personnes impliquées CROIENT que ces tissus et cellules mourants sont des virus, cette mort de cellules et de tissus sous la forme de diverses parties cellulaires est également appelée "multiplication" des virus. Les parties impliquées le croient encore à ce jour, et encore une fois, d'autant plus que l'inventeur de cette méthode est toujours considéré comme une autorité après avoir remporté le prix Nobel. (p. 3, Dr Stefan Lanka, 'Fehldeutung Virus' / 'Idée fausse sur les virus', Wissenschaftplus Magazine, janvier 2020, traduction: Arjen Lievers, rédaction: Brecht Arnaert).

L'inventeur de cette méthode était John Enders susmentionné avec sa publication à ce sujet à partir de 1949. Sa méthode, cependant, n'a jamais été vérifiée par des expériences de contrôle, mais simplement suivie sans critique, les virologues ignorant le fait qu'ils ont tué par inadvertance les cellules dans le laboratoire par eux-mêmes.pour mourir de faim et empoisonner, dit Lanka. Ce décès est alors attribué à un virus suspecté. L'article d'Ender constitue non seulement la base de la virologie de la rougeole, mais de toute la virologie depuis 1954. Cela inclut le scandale corona.

Ce que les virologues présentent comme des «virus», ce sont essentiellement des déchets cellulaires contenant du matériel génétique. Ceci est ensuite ajouté à un vaccin: «Un vaccin n'est donc rien de plus qu'un mélange de déchets cellulaires [y compris des exosomes] et de bactéries. En d'autres termes: des composants qui seraient libérés directement par un corps normal. Ce mélange est donc toxique. C'est ce que le corps excrète sous forme de déchet. Mais il est principalement injecté dans les muscles des enfants pendant le processus de vaccination, en une quantité qui, si elle était injectée dans la veine, entraînerait immédiatement une mort certaine »(p. 3, Dr Stefan Lanka,« Fehldeutung Virus »).

L'existence d'un virus a été décidée lors de la réunion des virologues
La composition génétique complète d'un virus (= génome) n'a jamais été trouvée. Ce qui devrait passer pour «génome» n'existe pas réellement, mais c'est une construction informatique, une fiction numérique, composée de morceaux de matériel héréditaire (ARN) provenant d'une base de données d'ARN. Ce prétendu «génome viral» n'est pas le résultat d'une recherche empirique (= par observation) mais le produit d'un accord après une réunion de virologues. Dr. David Rasnick nous l'a déjà signalé plus haut. Stefan Lanka le décrit comme ceci:

«Il convient de souligner qu'un virus réel et entièrement décrit n'apparaît pas dans toute la littérature« scientifique ». Le processus pour arriver à une telle description se déroule par un consensus, dans lequel les parties impliquées se disputent traditionnellement sur ce qui appartient et ce qui n'appartient pas au virus. Cela a pris des décennies pour le virus de la rougeole, par exemple. (page 4, Dr Stefan Lanka, «Fehldeutung Virus»).

Le test PCR: tout le monde est `` infecté ''
Afin d'être ensuite diagnostiqué comme étant `` infecté '' par un `` virus '', le test de PCR trompeur qui filtre les morceaux de matériel génétique susmentionnés est utilisé dans des `` maladies virales '' telles que le SIDA, Ebola, la grippe mexicaine, Zika et COVID. Ces matériaux héréditaires sont des molécules de protéines que chaque humain possède. Dr. Kary Mullis a déjà déclaré: «Les protéines trouvées sont des protéines normales trouvées dans les cellules humaines». Chaque humain sera finalement testé positif en fonction du nombre de cycles de test (amplifications). Lanka écrit:

«Il est également frappant de constater que les méthodes de test - telles que le test PCR - détectent des molécules présentes chez tous. Avec toutes les méthodes de test de «virus», un certain nombre de personnes seront toujours testées «positives», et cela dépend simplement de la sensibilité de la méthode de test - le nombre de cycles que l'on passe »(page 4, Dr. Stefan Lanka, «Virus Fehldeutung»).

Théorie de l'infection qui inspire la peur, animal de compagnie des dictatures fascistes
Stefan Lanka rappelle en outre les nazis en tant que promoteurs de la théorie de l'infection inspirante de la peur dans laquelle les médias grand public tels que De Telegraaf à l'époque incitaient les masses à haïr un certain groupe de population et le rejetaient comme le coupable. Dans les quartiers où vivait ce groupe, des fermetures ont été appliquées ou des personnes ont été emmenées dans des `` camps de quarantaine '':

«La théorie de l'infection ne pouvait se propager que parce qu'elle était promue par les nazis. Avant 1933, il était contredit par tous les scientifiques; après 1933, ces scientifiques critiques ont été éliminés. Cela a permis au Troisième Reich d'adopter l'idée d'infection (appliquée aux Juifs qui «infectaient» les sociétés) comme dogme mondial, à la fois pour leur politique générale et pour la politique concrète de l'eugénisme »(p. 8, Dr. Stefan Lanka , «Virus Fehldeutung»).

Principale caractéristique du fascisme: censure, diabolisation et mépris des dissidents
Annette Hinz-Wessels note dans son livre sur l'Institut Robert Koch à l'époque nazie que la théorie de l'infection n'a pris pied au niveau international, après tout, qu'après que les premiers scientifiques à critiquer et réfuter la théorie de l'infection aient été excommuniés, emprisonnés et assassinés (Annette Hinz- Wessels. »L'Institut Robert Koch au Musée national du socialisme. » Kulturverlag Kadmos, 2012).

Fait remarquable, les personnages de pratiquement tous les critiques actuels de la théorie des virus ont une fois de plus été assassinés par les médias grand public. Dans cet article, j'ai donné de nombreux exemples. Ils ont été excommuniés, dissimulés, dépouillés de leurs permis, licenciés, poursuivis, emprisonnés et censurés. Ça s'applique ook pour Dr. Stefan Lanka.

Gates '' Solution finale '
Bill Gates appelle le projet de vaccination de la population mondiale la «solution finale» (CBS, "The Late Show avec Stephen Colbert», Avril 2020). Ce terme est connu pour son utilisation pour la «question juive» d'Adolf Eichmann, l'un des principaux responsables d'Hitler du meurtre de masse des Juifs. L'intervieweur Stephen Colbert rappelle à Gates la lourdeur de ce terme, mais Gates semble en être conscient et en rit. La dernière partie du documentaire de James Corbett sur Bill Gates révèle que les vaccinations ciblées de Gates ne visent en aucun cas à améliorer la santé mais ont une base eugénique (James Corbett, "Qui est Bill Gates», 13 juin 2020).

L'eugénisme est populaire auprès d'une élite qui se respecte et vise à `` améliorer '' la race humaine en supprimant la partie `` inférieure '' de la société, les soi-disant `` mangeurs inutiles '', par exemple par la stérilisation obligatoire, l'avortement, l'euthanasie ou le génocide. Ces idées étaient populaires pendant le national-socialisme.

Le père de Gates, William Henry Gates, était membre du conseil d'administration de l'organisation d'eugénisme Planned Parenthood. La Fondation Bill & Melinda Gates a déjà fait un don en 1999 1,7 million dollar à la Fédération internationale pour la planification familiale. Selon Life Site, Gates a fait un don de 14.521.748 $ entre 2010 et 2013 le cinquième parmi les 7 meilleurs donateurs de Planned Parenthood (Life Site, 3 août 2015, «Les 7 principaux donateurs de Planned Parenthood ont donné 324 millions de dollars en quatre ans»).

Comme de Partie II il semble que la Fondation Rockefeller interfère également constamment avec la politique démographique et la santé mondiale. Par exemple, ils étaient à l'avant-garde de l'Organisation mondiale de la santé, dont Bill Gates est actuellement le principal financier.

Moins connu, la Fondation Rockefeller a contribué à la mise en place du programme d'eugénisme allemand et a même financé le programme 'Todesengel' sur lequel Josef Mengele a travaillé avant de se rendre à Auschwitz:

«… Et pourtant, cela ne s'est jamais vraiment arrêté.

C'est ce qu'écrit l'historien Edwin Black dans «IBM et l'Holocauste(Crown Books 2001) et "Guerre contre les faibles: Eugenics and America's Campaign to Create a Master Race (Four Walls Eight Windows, 2003).

Vaccination? Vous êtes donc entre de bonnes mains ...

 

 


Citations et Colophon

* Portes:

«Si nous faisons du bon travail en matière de vaccins, de santé et de reproduction, nous pouvons réduire la population mondiale de 10 à 15%», Bill Gates à la conférence TED2010 de Long Beach, Californie, dans un discours intitulé «Innover pour zéro! Le verdict s'inscrivait dans le contexte du prétendu problème climatique et de la réduction du CO2. Une réduction de la croissance démographique serait alors nécessaire. Étant donné que le père de Gates était un eugéniste et que Gates lui-même semble l'être, comme en témoignent ses énormes dons à des organisations eugéniques, il n'est pas surprenant de considérer cette déclaration dans un contexte plus large.

** Citations tirées de: "Déconstruire le mythe du sida":

Mullis :

  • Ce n'est pas une épidémie. Le nombre de cas a augmenté de façon exponentielle, car le nombre de tests a augmenté de façon exponentielle. […] Tout le monde a été dupé. »
  • "La définition originale du sida n'a aucune ressemblance avec la définition actuelle du sida."
  • «Le test ne doit pas être utilisé pour interpréter qu'une personne a le virus du sida ou du VIH. […] Les protéines trouvées sont des protéines normales trouvées dans les cellules humaines. »
  • "Est-ce que toute tromperie orwellienne."

 

Testé chez l'homme séropositif:

«Je pense que je suis en vie après 20 ans de séropositivité parce que je n'ai pas pris d'AZT ni aucun de ces médicaments».

*** Citations de House of Numbers:

Mullis : «J'avais besoin que cela soit étayé par quelque chose. Avant que je puisse l'écrire et le soumettre. Et j'ai fait le tour et j'ai demandé à beaucoup de gens. […] Il doit y avoir quelqu'un qui le sait, alors allez voir ces experts et demandez-leur. Et donc j'ai demandé à tous ces gens l'un après l'autre et aucun d'entre eux ne l'avait. Aucun d'entre eux! Et je devenais vraiment paniqué à ce sujet. C'est là que j'ai commencé à remarquer: ils ne savent pas! Personne ne le sait vraiment! Tout cela est une grosse imposture! »

Pour la partie 1, cliquez sur ICI. Pour la partie 2, cliquez sur ICI. Vous pouvez télécharger un PDF de l'article ICI Télécharger. Cet article peut être librement publié et partagé, mais en référence à la source. Le journalisme d'investigation prend beaucoup de temps: PLAGIAT = VOL!

4.6 30 Vote
Revue d'article
S’abonner
Abonnez-vous à
invité
Peut être votre vrai nom ou un pseudonyme
Non requis
36 commentaires
le plus vieux
le plus récent le plus voté
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
CommonSenseTV
Dutch NL English EN French FR German DE Spanish ES
36
0
Quelle est votre réponse à cela?x