Nouvelles et opinions sincèrement indépendantes

cstv faire un don
Pour la liberté par la vérité
Rechercher
Filtres
Rechercher dans les titres
Rechercher dans le contenu des articles

Le miracle de Dunkerque

Répandez la liberté !

 Le miracle de Dunkerque.

Récemment, j'ai indiqué dans un article précédent que je devrais me retirer de temps en temps pour le bien de ma propre tranquillité d'esprit. Beaucoup d'entre vous le reconnaîtront probablement. Personnellement, lors de mes journées « autruche » forcées, j'essaie de m'isoler le plus possible d'à peu près tout et de tout le monde. Les téléviseurs ne sont allumés que pour le divertissement sous forme de documentaires, de films ou de football. La radio est interdite et en particulier la radio 1, l'internet que j'évite aussi. Je préfère ne pas sortir et quand je promène le chien ou que je prends des cigarettes, j'essaie d'éviter autant que possible les contacts humains. L'e-mail et le téléphone sont peu consultés et répondus. Je fais tout cela pour ne pas avoir à être confronté à la dystopie dans laquelle nous nous sommes retrouvés. Ces jours d'évasion de la réalité me semblent de temps en temps bénéfiques car après un tel temps mort, l'enthousiasme revient et le besoin de continuer à agir contre la folie me donne la motivation et le courage de « combattre » à nouveau. Le moment est venu de rentrer dans l'arène lorsque je regarde l'affiche sur mon mur montrant un remorqueur tirant un convoi de « petits bateaux » sur la Tamise. Les bateaux étaient préparés pour leur mission grotesque qui allait entrer dans l'histoire sous le nom d'Opération Dynamo ou plutôt, « le miracle de Dunkerque ».

Le Miracle de Dunkerque est à peu près la plus grande flotte civile de toute l'histoire du monde et avait une noble mission, l'évacuation des « garçons ». Au début de la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne nazie était engagée dans sa blitzkrieg dévastatrice et après que de nombreux pays européens, dont les Pays-Bas et la Belgique, aient déjà été occupés par les Allemands, Churchill a jugé nécessaire de continuer à défendre la France contre cette avancée nazie. pouvoir et, espérons-le, les mains des Allemands. Des batailles impressionnantes ont eu lieu dans cette phase de la guerre et les Français soutenus par le BEF'S (forces expéditionnaires britanniques) ont tenu un certain temps, en partie grâce au succès de la bataille d'Arras. Grâce à cette bataille, le groupe d'armées d'A von Rundstedt a été touché de manière inattendue dans le flanc et a subi des dommages considérables. Avec de nombreux exemples, les troupes françaises et anglaises ont essayé de vendre leurs peaux le plus cher possible. Ceci au point qu'ils ont été contraints dans un coin en raison de plusieurs circonstances très malheureuses et se sont ainsi retrouvés encerclés par les Allemands.

Malgré les coups que les Allemands ont subis, ils ont pu s'en remettre assez rapidement. Par exemple, von Kleist avait rapporté que ses pertes après la bataille d'Arras et l'arrivée dans la Somme s'élevaient à environ 50 %, principalement des dommages matériels. Néanmoins, von Kleist, avec son nombre impressionnant de véhicules motorisés et de chars, était toujours exceptionnellement agile. Il ne fallut pas longtemps avant que von Kleist, Theodore Eicke et la 7e division Pantzer d'Erwin Rommel n'atteignent la soi-disant «ligne du canal» le 24-05-1940. Et avec les Allemands à seulement 15 miles de distance, la Luftwaffe au-dessus de la tête, les mines navales et les sous-marins dans l'eau, les choses semblaient carrément mauvaises pour les Alliés. Les conditions étaient si dures que même si les navires britanniques et français étaient capables de traverser indemnes sans être abattus dans la cave à morue en raison des facteurs ci-dessus, le nombre d'évacués ne représenterait qu'une fraction du nombre total d'hommes. Churchill a écrit dans ses mémoires qu'à l'époque elle espérait le retour de quelque 45.000 400.000 hommes. Au total, plus de 100.000 XNUMX hommes attendaient à Dunkerque, et cela ne comprend même pas les quelque XNUMX XNUMX soldats principalement français mais aussi belges. Un miracle devait se produire.

Et ce miracle est arrivé ! Il y avait de nombreux aspects qui ont conduit au miracle. Trop pour les énumérer tous en détail maintenant, mais d'une manière générale, il s'agissait principalement d'un double dilemme. Par exemple, les Alliés doutaient s'ils devaient évacuer vers Dunkerque ou s'ils préféraient percer vers le sud (la Somme) et y mordre la ligne du canal. Cette option aurait certainement été beaucoup plus probable si l'armée belge ne s'était pas effondrée. Malheureusement, cela s'est produit et Lord Gort a été contraint d'évacuer. Une décision difficile, qui lui a finalement aussi donné le rôle de bouc émissaire car sa décision a irrévocablement entraîné la destruction de plusieurs divisions dont le régiment autour de Calais dirigé par Claude Nicholson et bien sûr les milliers de Français qui se sont battus jusqu'au bout pour la l'évacuation doit avoir lieu. Les Allemands, à leur tour, avaient été tellement impressionnés par leur propre succès avec le Blitz qu'ils hésitaient à avancer et ont décidé de ralentir. C'est aussi grâce aux attentats assez inattendus d'Arras. Les chars Mathilda qui avaient insufflé un peu de peur à von Kleist, Rommel et d'autres et bien sûr von Rundstedt, Jodl et Herman Goring qui ont également tous prévalu une position défensive. Du côté allemand, ces considérations aboutirent finalement au « Halt-Befehl ».

Encore une fois, il y a beaucoup de choses à dire sur Dunkerque et je peux recommander de tout cœur à quiconque de se plonger dans cette histoire. Mais pour que tout reste gérable, je dois me forcer à ne pas trop expliquer le sujet. Par exemple, je n'entrerai pas dans les détails sur d'autres aspects tels que le rôle de la Luftwaffe et de la RAF (Royal air force), et la défense héroïque autour du périmètre de 30 km de long où plus de 02 06 français ont tenu tête le 1940-40.000- XNUMX. pour éloigner les Allemands des plages le plus longtemps possible. Je ne vais pas non plus entrer dans les détails de la plus grande flotte civile de l'histoire de l'humanité ! Eh bien, peut-être quelques phrases alors….

La partie la plus importante est bien sûr la flotte civile de plus de 860 navires immatriculés principalement civils. On estime que la flotte comptait même 1000 navires, car de nombreux citoyens ont également décidé de faire la traversée "par eux-mêmes" ou non enregistrés auprès de la marine britannique. Ce flot massif d'immatriculations est intervenu après l'appel officiel à l'immatriculation des navires commerciaux lancé par le vice-amiral Ramsey qui était en charge de la logistique de l'ensemble de l'évacuation. Ramsey avait déjà à sa disposition de nombreux navires commerciaux à ce stade, tels que des remorqueurs, des coupeurs de pêche, des bateaux-salons, des cargos et des ferries. Mais cela n'a pas suffi, alors le 14-05-1940, la BBC a lancé un appel aux armateurs privés en possession d'un bateau d'au moins 9 mètres de se signaler à la marine. Nos bateaux à fond plat hollandais, puis principalement frisons, étaient particulièrement appréciés. Ces bateaux à faible tirant d'eau étaient particulièrement bien adaptés pour s'approcher des plages, simplifiant grandement l'embarquement. Les bateaux à fort tirant d'eau devaient s'amarrer le long de la jetée pour l'embarquement, ce qui était risqué compte tenu des raids aériens. Plus tard, une « jetée » supplémentaire a été construite à partir de divers véhicules de l'armée afin d'accélérer l'évacuation et d'utiliser au maximum les changements de marée. Au final, outre les Britanniques, de nombreux skippers étrangers ont également répondu à l'appel. Ces navires étrangers avaient souvent déjà fui leur propre pays de peur que leur navire ne soit confisqué par les Allemands, ce qui arrivait souvent. Des capitaines de toute l'Europe occupée ont également navigué, tels que des Danois, des Norvégiens, des Belges, des Néerlandais (y compris la marine marchande) et bien d'autres. Et enfin il y avait les particuliers avec leurs yachts de plaisance, dont beaucoup mesuraient moins de 9 mètres et donc souvent non immatriculés. Ces volontaires ont fait la traversée dans des embarcations parfois à peine navigables d'à peine 6 mètres. Héros! Naturellement, les choses ont également mal tourné sur le plan logistique dans ce labyrinthe de navires. Il ne peut en être autrement si l'on considère qu'en plus des whoppers des navires de guerre, de très petits voiliers sont également emportés. Mais ces incidents n'enlèvent rien au miracle ultime.

Imaginez, vous attendez désespérément une évacuation. Vous devez régulièrement vous cacher des chutes de bombes lancées par les Stukas, par exemple. Vous attendez depuis des jours et vous avez faim, anxieux et tout autour de vous des camarades tombés au combat gisent dans le sable. La situation est dramatique et vous ne savez pas comment ni ce qui va se passer. Le désespoir est à l'ordre du jour. Mais alors, tous les petits points apparaissent sur la cale. Vous ne pouvez pas en croire vos yeux mais réalisez tout à coup que c'est une flotte ! Une flotte que personne n'a jamais vue auparavant et composée d'une grande variété de navires. Du petit au grand, motorisé ou à la voile, yacht de plaisance ou navigation commerciale, tout se mélange. Quelle belle vue et ils viennent vous ramener à la maison, vous et vos amis ! Du coup il y a de la joie et surtout de l'espoir ! Pouvez-vous imaginer à quel point l'euphorie a dû être pour beaucoup de ces hommes ?

L'évacuation a duré du 28-05-1940 au 02-06-1940. Le dernier navire avec des troupes britanniques est parti le 02-06-1940, mais l'évacuation totale a duré jusqu'au 04-06-1940. Au cours des deux jours restants, des navires principalement plus petits ont navigué dans et hors de nuit pour évacuer les troupes françaises restantes. Le 04-06-1940 les hommes évacués étaient comptés à environ 338.000 au lieu des 45.000 attendus ! Parmi eux, 123.000 11.000 étaient français. Malheureusement, plus de 44.000 XNUMX garçons sont tués à Dunkerque et XNUMX XNUMX alliés sont faits prisonniers. Les chiffres diffèrent parfois selon les sources, mais ces chiffres sont assez précis.

Une évacuation réussie d'environ 85% des BEF était une raison suffisante pour ressusciter l'esprit de Dunkerque. Les BEF eux-mêmes n'avaient aucun sentiment de triomphe ou de fierté et étaient plutôt impatients de rentrer chez eux, supposant que le front intérieur était profondément déçu d'eux. Cependant, cela s'est avéré différemment que prévu. Grâce en partie au discours légendaire de Winston Churchill, l'ambiance à la maison était très bonne et les quais étaient remplis de citoyens pour accueillir les garçons. C'est ainsi que cet événement phénoménal est entré dans l'histoire comme le miracle de Dunkerque. Et ce n'est pas seulement une belle histoire que mon frère avait l'habitude de me raconter comme une histoire au coucher quand j'étais une petite Anne. C'est aussi une leçon précieuse pour nous tous. Le miracle a en fait influencé toute ma vie et dans un sens positif. Chaque fois que je me sens désespéré, je regarde ma belle affiche des petits bateaux. Et je sens un peu l'esprit de Dunkerque couler en moi. Ma motivation, retrouvé la capacité de relativiser, une énergie fraîche et une inspiration renouvelée et de retour plein d'élan ! Ma source d'alimentation et bien plus encore ! soupir……

J'aimerais partager cette passion avec vous et j'espère de tout cœur que cette histoire peut signifier autant pour quelqu'un d'autre que pour moi. J'espère aussi que le miracle ne sera jamais oublié et qu'il apportera beaucoup d'optimisme, de force (décisive) et de sagesse à tous ceux qui en ont besoin.

 


Répandez la liberté !

Partagez cet article!

S'abonner
Abonnez-vous à
invité
Peut être votre vrai nom ou un pseudonyme
Non requis
12 commentaires
le plus vieux
le plus récent le plus voté
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
CommonSenseTV
nl Dutch
X
12
0
Quelle est votre réponse à cela?x